N’oubliez pas le relais du printemps

  Relais Printemps

Les programmes de désherbages en céréales sont de plus en plus centrés sur l’automne avec comme principale cible les graminées, notamment les ray-grass et les vulpins. Les produits anti-graminées utilisés affichent également un large spectre antidicotylédones. Il peut alors être très tentant d’allouer tout son budget au programme d’automne et de faire l’impasse sur un relai de printemps. Le désherbage tout automne a toutefois ses limites.

Dans le cas où tout s’est parfaitement passé depuis le semis et que vos blés sont beaux, bien fournis et développés en sortie d’hiver, ils parviendront à concurrencer voire même à étouffer les adventices du printemps. En revanche des levées de printemps peuvent être observées dans des parcelles plus claires ou moins développées. 

Les produits d’automne ont une action racinaire. Leur efficacité est donc profondément dépendante de l’état des sols et des conditions météos, avant, pendant et après l’application. Par exemple, leur efficacité décroit lors d’automnes secs, comme ce fut le cas lors de la campagne 2018-2019. Sur sols motteux, les mottes peuvent limiter le contact entre les herbicides et les plantules de mauvaises herbes. Attention également à l’effet parapluie : quand les herbicides sont appliqués en post-levée des céréales, les plantules d’adventices présentes près des lignes de semis peuvent être protégées par la culture.

De fortes pluies en hiver peuvent également marquer sévèrement les céréales par des phytotoxicités, notamment sur des limons battants ou sur des sols peu filtrants. Dans les pires conditions, comme lors de l’automne 2019 dans certaines régions, l’opportunité même d’appliquer ces herbicides peut manquer. 

Il faut savoir que le vulpin et le ray-grass peuvent aussi lever au printemps, comme la folle avoine, et que certains programmes d’automne contrôlent mal le brome. Des populations plus ou moins importantes peuvent alors lever dès la fin de la période de rémanence des produits d’automne.

De plus, les produits appliqués à l’automne ont des niveaux d’efficacité variables selon les dicotylédones. On sait, par exemple, que les ombellifères comme les anthrisques ou les scandix sont mal gérées par la plupart des produits racinaires et que la principale matière active utilisée à l’automne demeure peu efficace sur les fumeterres, les matricaires, les séneçons et le bleuet.

Enfin, la forte orientation automne des programmes de désherbage a fait ressurgir les populations de vivaces : liserons, rumex et chardons, qui se contrôlent au printemps. Pour rappel, 3 chardons/m² diminuent le rendement de 12 q/ha et 25 chardons/m² diminuent le rendement de 25 q/ha. L’enjeu est donc de taille.

Des essais conduits par Corteva Agriscience il y a quelques années ont montré qu’une meilleure efficacité de programmes d’automne utilisant du flufenacet, associé à du diflufenicanil et/ou de la pendimethaline était obtenue avec un relai à base de pyroxsulame au printemps. Cette meilleure efficacité a été constatée sur des parcelles sans résistance aux inhibiteurs de l’ALS détectée à la date du traitement.

Synthèse de 15 situations comparables

Synthèse de 6 situations comparables

Synthèse de 12 situations comparables

Pour que votre investissement dans le désherbage d’automne protège vos rendements, il demeure important de vérifier en sortie d’hiver, à intervalle régulier, les levées en cours dans vos parcelles, et, le cas échéant, de vous rapprocher de votre conseiller pour étudier avec lui quel relai de printemps sera le plus approprié.

La visite de vos parcelles doit intervenir dès la fin de rémanence de votre dernière application d’automne, soit 2 à 3 mois après la dernière application en fonction des caractéristiques du sol et de l’hiver météorologique, notamment des pluies qui peuvent lessiver les produits.

 

Diflufénicanil : Avertiseement faune Attention. H412 - Nocif pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme.

Flufenacet : AvertiseementAvertiseementAvertiseement Danger. H302 – Nocif en cas d’ingestion. H317 – Peut provoquer une allergie cutanée. H373 – Risque présumé d’effets graves pour le foie à la suite d’expositions répétées ou d’une exposition prolongée avec la peau. H410 - Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme.

PendimethalineAvertiseementAvertiseementAttention. H317 – Peut provoquer une allergie cutanée. H410 - Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme.

PyroxsulameAvertiseementAvertiseementAttention. H410 - Très toxique pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme.

Diflufénicanil : Substance active approuvée dans le cadre du Règlement (CE) N°1107/2009.

Flufenacet : Substance active approuvée dans le cadre du Règlement (CE) N°1107/2009.

Pendimethaline : Substance active approuvée dans le cadre du Règlement (CE) N°1107/2009.

Pyroxsulame : Substance active approuvée dans le cadre du Règlement (CE) N°1272/2008.

Responsable de la mise en marché : Corteva Agriscience France S.A.S, Bâtiment Equinoxe 2 - 1B avenue du 8 mai 1945 - 78280 Guyancourt. N° d’agrément PA00272 : Distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs professionnels. N° Vert 0800 470 810. ®TM Marques déposées de Corteva Agriscience France S.A.S et sociétés affiliées ou leurs propriétaires respectifs. © 2021, Corteva.

Avant toute utilisation, assurez-vous que celle-ci est indispensable. Privilégiez chaque fois que possible les méthodes alternatives et les produits présentant le risque le plus faible pour la santé humaine et animale et pour l'environnement, conformément aux principes de la protection intégrée, consultez http://agriculture.gouv.fr/ecophyto. Pour les usages autorisés, doses, conditions et restrictions d’emploi : se référer à l’étiquette des produits et/ou sur www.phytodata.com.

« PRODUIT POUR LES PROFESSIONNELS : UTILISEZ LES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES AVEC PRECAUTION. AVANT TOUTE UTILISATION, LISEZ L’ETIQUETTE ET LES INFORMATIONS CONCERNANT LE PRODUIT »