Herbicides céréales : Dans quel ordre incorporer les produits dans le pulvérisateur ?

 
Un problème est survenu, je reassaye plus tard
Herbicides céréales bonnes pratiques

Les produits phytosanitaires ne sont pas tous formulés de la même façon. C’est pourquoi, il est important de vérifier l’étiquette de chaque herbicide, pour optimiser la préparation de la bouillie dans le pulvérisateur, et garantir l’efficacité du traitement. Exemple avec les produits à base de pyroxsulam.

Pour être efficaces, certaines substances actives doivent être broyées. Elles sont alors formulées de manière solide (poudres WP ou granulés dispersibles WG) ou encore en suspensions concentrées (SC) avec particules en suspension dans l’eau. D’autres doivent être solubilisées dans des solvants organiques (SE, EC) ou dans l’eau (EW). Ces formulations sont dotées de propriétés physico-chimiques différentes, qu’il est important de prendre en compte avant de remplir son pulvérisateur.

Les formulations WG en premier
Les produits à base de pyroxsulam par exemple, se présentent sous la forme de granulés dispersibles WG. En cas de mélange avec d’autres herbicides, ils doivent être introduits les premiers dans le pulvérisateur. On incorporera ensuite les autres produits en poursuivant par les poudres (WP), puis les suspensions concentrées (SC), les formulations à base de solvants (SE, EW, EC...) et les liquides solubles (SL) … avant de passer enfin, aux adjuvants (huiles, mouillants...).

Avec le pyroxsulam, bien préparer son pulvérisateur
Concrètement, pour optimiser la préparation de son pulvérisateur avec un produit à base de pyroxsulam, il est conseillé de remplir d’eau la cuve du pulvé aux trois-quarts de son volume, avant d’incorporer les produits, de mettre en route le système d’agitation et de le maintenir pendant toute la préparation. 

Il est ensuite recommandé de verser lentement et progressivement le produit à base de pyroxsulam dans le bac d’incorporation des produits ou dans la cuve, de façon à ce que les granulés s’évacuent régulièrement et sans accumulation. Il est aussi conseillé de bien rincer le bac incorporateur de manière à ce qu’il ne reste plus aucun granulé sur les parois et au fond du bac. 

En cas de mélange, les autres produits pourront être introduits à leur tour, en finissant toujours par l’adjuvant.

Un adjuvant, essentiel avec le pyroxsulam
L’emploi d’un adjuvant est fortement recommandé avec les produits à base de pyroxsulam et plus largement avec les antigraminées de sortie d’hiver, à base de sulfonylurées. Il est souvent conseillé d’ajouter de l’huile au pyroxsulam pour assurer une meilleure pénétration et rétention du produit et limiter les risques de dérive. Le sulfate d’ammonium peut aussi être utilisé. Il permet de corriger la dureté de l’eau qui caractérise une grande partie du territoire français et qui peut réduire l’efficacité des produits. Le sulfate d’ammonium améliore aussi la pénétration et la rétention du produit et l’humectation du végétal. Si le sulfate d’ammonium est choisi comme adjuvant pour corriger la dureté de l’eau, il faudra dans ce cas l’introduire en premier dans la cuve, avant le produit à base de pyroxsulam.

Le cas du Silwett
D’autres types d’adjuvants peuvent également être utilisés, avec des fonctionnalités différentes qui sont précisées lors de leurs homologations. Le Silwett, par exemple, est un mouillant qui peut être recommandé avec les produits à base de pyroxsulam. Il apporte notamment une meilleure efficacité sur bromes grâce à son action mouillante et une meilleure pénétration sur les cuticules dotées de fortes pilosités. Pour limiter la formation de mousse qui peut se produire si le produit est mal introduit, nous recommandons aussi l’utilisation d’un anti-mousse avec le Silwett. Dans ce cas, l’anti-mousse sera ajouté à l’eau du pulvérisateur, avant le produit à base de pyroxsulam.

Adapter le volume d’eau
On peut ensuite terminer le remplissage de la cuve avec la quantité d’eau nécessaire. Le volume de bouillie sera adapté au stade des graminées et aux conditions climatiques, entre 100 à 250 l/ha. 

Une fois la bouillie prête, l’agitation de la cuve doit être maintenue jusqu’à la fin de la pulvérisation.