Date et pratique de semis

  Date et pratique de semis

Tout en restant dans les dates optimales de semis de vos variétés de céréales, il est aujourd’hui admis que décaler la date de semis après la période préférentielle de levée des adventices est un moyen efficace de réduire leur pression.

Les graminées majeures germent de septembre à octobre en fonction des régions (vulpin, brome, ray-grass). En décalant la date de semis du blé à une période moins favorable à la germination de ces adventices, leurs levées dans la culture seront donc moindres par rapport à un semis plus précoce.

Cette technique est aussi efficace sur les espèces à germination majoritairement automnale comme la stellaire, le coquelicot, le bleuet, le gaillet, la capselle et les géraniums.

Elle demeure moins efficace sur les espèces à germination automnale tardive, comme les véroniques, les pensées, et sur les espèces à germination indifférenciée comme les matricaires.

Si vous faites le choix de décaler vos dates de semis, il faut le faire en prenant en compte :

  • votre expérience,
  • votre région,
  • les contraintes de votre exploitation.

 

Certains arguments militent aujourd’hui en faveur de cette pratique :

  • une amélioration des prévisions météo qui permet de mieux anticiper les fenêtres de semis,
  • des matériels toujours plus performants pour profiter de fenêtres de travail plus courtes,
  • une amélioration de l’efficacité des programmes herbicides,
  • en combinaison avec la réalisation de faux-semis dans le mois qui précède, l’effet est encore renforcé.

 

Le décalage de date de semis présente néanmoins deux inconvénients :

  • il faut trouver une variété qui corresponde à la date de semis choisie et à l’objectif de rendement,
  • plus on avance dans l’automne, plus le risque de voir les conditions météos se dégrader durablement augmente et avec lui, le risque de ne pas pouvoir semer, comme cela a pu être le cas dans certaines régions lors de l’automne 2019.

Durant la campagne 2015/2016, Arvalis – Institut du Végétal a conduit deux essais sur l’effet du décalage de semis sur les vulpins et les ray-grass. Dans les deux essais, l’effet décalage de date de semis a été très net sur la densité d’adventices levées.

Effet du décalage de la date de semis sur les populations de ray-grass de l’essai de Mespuits (91)

Date de semis du blé Nbr ray-grass/m2 dans les témoins non traités (3 feuilles début tallage)
Date 1 (01/10/2015) 280
Date 2 (21/10/2015) 94
Date 3 (10/11/2015) 34

Effet du décalage de la date de semis sur les populations de vulpin de l’essai de Saint Ambroix (18)

Date de semis du blé

Nbr vulpins/m2 dans les témoins non traités
(vulpin stade 3F)

Date 1 (08/10/2015) 1 928
Date 2 (19/10/2015) 1 212
Date 3 (10/11/2015) 120

Le décalage de la date de semis ne suffit pas à assurer la maitrise des adventices mais contribue de façon certaine à l’améliorer et à apporter de la durabilité aux programmes herbicides.

Succédant à l’année 2019 et ses conditions catastrophiques, les semis de 2020 apparaissent plutôt précoces en comparaison à la moyenne des 5 dernières années, à l’exception des régions de l’Est (Lorraine, Bourgogne). Avec le risque d’une levée massive d’adventices et malgré les conditions favorables aux pratiques herbicides d’automne, mécaniques ou chimiques, un suivi des populations résiduelles dès la sortie d’hiver doit être prévu cette campagne particulièrement, pour éviter les déconvenues au printemps.